Back to School – Retour à l’école

Retourner à l’école, c’est retrouver la place de l’étudiant. C’est ouvrir les possibles, se questionner et chercher, approfondir, et surtout se remettre en question.

Je suis toujours prêt à apprendre, bien que je n’aime pas toujours qu’on me donne des leçons.

Winston Churchill

La nuance de Churchill me fait sourire, car je m’y reconnais bien. La manière de faire prendre conscience et de transmettre à une importance considérable si nous souhaitons susciter l’adhésion. La pédagogie, un art loin d’être une évidence pour chacun.

Depuis 2018, j’ai eu de nombreuses occasions de me remettre en situation d’élève. Repasser le BAC (enfin un équivalent, un DAEU), me présenter à l’examen du CNOV (Conseil national de l’ordre des Vétérinaire) pour être inscrit au RNA (Registre National d’Aptitude – la liste officiel des personnes pratiquant des actes d’ostéopathie animale) et obtenir mon autorisation de travailler comme ostéopathe animalier. Valider mon ATE (Accompagnateur de Tourisme Équestre) et mon BPJEPS équitation d’extérieur, ainsi que le BFEEE1 (Brevet fédéral d’enseignement de l’équitation dite éthologique). Je peux dire que j’ai donc eu la chance de retrouver la place de celui qui écoute et apprends. En faite, avec un peu d’expérience, c’est un pas dans la vulnérabilité, car cela implique de la remise en question et donc une sortie de la zone de confort. Et surtout, c’est un état d’esprit : Chercher en chaque situation l’apprentissage, direct ou indirecte.

Souvent ne pas être d’accord est une bonne chose, pour peu que cela ne nous fige pas. Cela permet de préciser, d’affiner notre connaissance et notre maitrise d’un sujet.

« Le plus important n’est pas la situation extérieure, c’est votre situation intérieure. Galère ou défis, à vous de choisir ! Le défis vous met dans une dynamique, alors que la galère vous met dans une pesanteur, une fatigue. Non pas subir une galère, mais relever un défi ! »

Henri Gougaud

Ainsi, après avoir enseigné l’équicoaching et l’importance de la formulation positive, ce fut pour moi un défis d’appréhender la pédagogie principalement sous forme de fiche pédagogique pour le BPJEPS. Comment apporter une évolution dans un milieu remplit de certitudes ? En cours pratique, je teste, j’apporte ma touche, mes couleurs et l’adhésion des cavaliers est là. Les modes d’apprentissages sont divers et variés selon les personnes, néanmoins lorsque j’apporte des questionnements plutôt que des réponses, l’implication est de plus en plus présente. La compétition entre cavaliers se transforme en collaborations et c’est une autre recherche de relation avec le cheval qui se présente. C’est même un questionnement qui par du cheval et qui se développe et trouve des comparaisons et des compréhensions dans le monde du travail, de l’éducation, de la famille, partout où la relations à autrui existe. L’équitation, la relation au cheval, selon comment elle est partagée peut changer beaucoup de chose. Les chevaux sont des maîtres si nous prenons le temps de les écouter. Cela demande une disponibilité et aussi un positionnement, celui de l’apprenti. C’est avant tout un état d’esprit. Une volonté perpétuelle d’apprendre.

Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends.

Nelson Mandela

Comme le disait Nelson Mandela, en toute situation, il y a quelque chose à apprendre. Regarder les événements de la vie avec cet angle de vue est salutaire pour conserver son autonomie et sa capacité d’action. De telle sorte, à aucun moment je me positionne comme une victime ou je donne le pouvoir à l’extérieur.

De ce chemin, je retiens qu’il est toujours possible de recommencer, de repartir là où j’avais bloqué. Le DAEU m’a confronté à mes blessures d’enfance, à l’injustice d’un système, aux enjeux entre étudiant, aux règles et codes de l’écriture, de la langue française, … Au milieu de nombreux enjeux, j’ai du me choisir moi-même. Accepter les contraintes pour gagner en liberté. Apprendre que le paradoxe fait partie de la vie et c’est acceptable voir même rigolo parfois ! Pas à pas parcourir un chemin que j’avais laisser de côté, revenir à ma motivation première, obtenir les diplômes pour pouvoir agir plus librement dans un pays où le titre pèse encore trop souvent plus lourds dans la balance que la compétence.

J’écoute pour apprendre. J’apprends pour comprendre. Et quand je comprends, je m’écoute. En silence.

Nabil Alami

Des défis, surtout un, me retrouver ou plutôt me trouver et apprendre à m’écouter, revenir et revenir encore à l’intérieur. M’assoir sur la chaise du discernement avec la colère, la tristesse. Les écouter, trouver leurs cadeau, les besoins de clarté, d’appartenance, d’échange, de me sentir vivant qui hurle en moi depuis si longtemps et pour lesquels j’ai mis en place temps de stratégies d’évitement, de compensations, de tensions,…

Il est temps là aussi de devenir un nouveau type d’élève, celui qui apprends chaque jours et aussi souvent que possible à écouter comment ça va à l’intérieur. Comment je me sens ? Comment je vis la situations ? Avec mes paradoxes, mes ambivalences, mes contradictions !

Enfin accepter qu’être humain, c’est être sensible, c’est exprimer des émotions, c’est rire et aussi pleurer. En faite être vivant et « être heureux n’est pas forcement confortable » pour paraphraser le titre du livre du même nom de Thomas d’Ansembourg.

De mon premier cours de philosophie de l’ostéopathie à l’école d’ostéo, en passant par la kinésiologie, la médecine traditionnelle chinoise, l’équicoaching, l’éthologie, l’enseignement de l’équitation et tous les autres aspects, et aussi loin que je me souvienne j’aime chercher, affiner, clarifier, pousser les limites, sortir de la conformité. Parfois marginal, souvent incompris, mon chemin me porte de plus en plus à découvrir l’humanité en l’homme que je suis. Récupérer mon pouvoir, ma liberté et mon autonomie. Gratitude et remerciements à la vie, aux chevaux et aux amis hommes et femmes compagnons de voyage sur mon chemin.

L’obligation légale de départ, c’est peu à peu transformé en un parcours à multiples étapes me conduisant sur un chemin peu fréquenté, celui qui me conduit à moi-même.

Au plaisir de partager prochainement nos expériences et de célébrer le vivant ensemble,

Christophe


Pour recevoir nos partages, aimez nos pages et inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles (une le lundi) :

Je me sens …

En ce 23 janvier, je me sens mitigé. Une part de moi se réjouit, c’est jour de fête ! Je suis plein de gratitude d’avoir les chevaux à mes côtés au quotidien et la chance de pratiquer des métiers passionnants. Gratitude pour la vie et réjouissances pour les voyages et les rencontres qui m’apporte beaucoup de soutien, de joie et de plaisir. Les chevaux comme les rencontres m’aident à donner du sens, ce qui est important pour moi.

En même temps je constate qu’il me reste un an de sursis avant de tourner la prochaine dizaine et comme chaque année la date de mon anniversaire est aussi une belle occasion pour faire le point. J’en suis où par rapport à mes rêves ? Les activités pro ? La vie de famille ? Les projets perso ?

Après une semaine de stage Communication Non Violente (CNV) avec Thomas d’Ansembourg, ces questions prennent encore une saveur plus intense, plus riche. Prendre un moment et ce demander sans peur mais bien en accueillant toutes les sensations et les émotions lié à chaque question. En ce jour, comment je me sens maintenant ? Observation, sensation, besoin, démarche… La grammaire de la CNV, simple et intense à la fois. C’est une discipline intérieure mais au combien apaisante, du moins pour moi.

Que dire de plus du stage de CNV, essayez, vivez le intensément, questionnez vous et toutes nos relation sont transformable, chacun de nous en a la clef à l’intérieur. J’en suis maintenant intimement persuadé. C’est un processus et aussi une nécessité citoyenne comme aime si bien le rappeler Thomas d’Ansembourg.

Une envie fortement grandissante de proposer un duo splendide cheval et CNV se développe en moi. Je laisse le tout s’intégrer en moi et je vous propose mon mix dans quelques temps…

Rendez-vous au prochain stage CNV pour partager ensemble !

Joyeux anniversaire à moi et bonne journée à vous,

Christophe

Pour recevoir nos partages et inspirations autour des chevaux, aimez nos pages et inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles :

Partager !

Photo de aku

Depuis petit, j’ai toujours aimé partager ma passion des chevaux. À l’étrier de Longwy-Morfontaine, j’aimais accompagner les visiteurs pour faire le tours du club. Par la suite les principes fondamentaux de l’ostéopathie et sa philosophie m’ont beaucoup inspiré. Depuis quelques années, ce sont les apprentissages autant personnel que pratique que les chevaux m’inspirent qui me passionne le plus.

Les moments de rencontre et de partages sont pour moi des temps précieux. Les idées peuvent se nourrir des expériences de chacun. J’aime animer des temps d’échange et de partages, comme une parenthèse inattendue… dans nos vies.

Vendredi dernier (13 janvier 2023), j’étais en conférence à Giron (Ain) pour échanger autour des émotions, notre manière de les vivres et comment les chevaux peuvent nous aider et nous inspirer pour mieux apprivoiser se processus naturel d’expression de notre corps. Une vingtaine de personnes d’horizons bien différents se sont présentées pour partager autours des émotions et de l’agilité émotionnelle.

Les participantes ont aimées : « Les exemples en lien avec les chevaux nous aide à mieux comprendre. », « C’est vivant et remplit d’informations utile pour la vie de tous les jours. » Une cavalière : « Je savais déjà que les chevaux étaient super géniaux mais là j’ai compris pourquoi ! »

Photo de Misha  Voguel

Si vous aussi vous souhaitez en apprendre plus sur les chevaux, mieux comprendre leurs fonctionnement et celui de l’être humain, ou tous simplement apprendre à mieux communiquer (avec les chevaux et avec les humains), Je vous propose de me contacter pour organiser chez vous, dans votre centre équestre, votre centre de formation, votre école ou même votre bibliothèque un temps d’échange et de partage autour des chevaux et de leurs sagesses !

Pour recevoir nos partages et inspirations autour des chevaux, aimez nos pages et inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles (une le lundi) :

L’invitation du cheval

« Je ne veux pas savoir ce que vous faites dans la vie.
Je veux seulement connaître vos désirs, savoir si vous avez assez d’audace pour imaginer la réalisation de vos rêves les plus chers.

Je ne veux pas savoir quelles planètes vous influencent.
Je veux savoir si vous avez touché le centre de votre propre douleur, si les trahisons de la vie vous ont permis de vous ouvrir, ou si la peur de souffrir encore vous a fait vous refermer sur vous-même.

Je ne veux pas savoir quel âge vous avez.
Je veux savoir si vous oserez vous rendre ridicule au nom de l’amour, d’un rêve ou de l’aventure de la vie.

Je veux savoir si vous pouvez regarder la souffrance en face, la mienne ou la vôtre, sans essayer de la cacher, de l’atténuer ou de la nier.

Je veux savoir si vous pouvez laisser la joie vous habiter, la mienne ou la vôtre, si vous pouvez danser de bonheur et vous laisser remplir d’extase jusqu’au bout des doigts et des orteils, sans faire appel à la prudence, au réalisme, sans appeler les limites de la condition humaine.

Je ne veux pas savoir si l’histoire que vous me racontez est vraie.
Je veux savoir si vous seriez capable de décevoir une personne pour rester fidèle à vous-même; si vous pouvez faire face à des accusations de trahison sans vous trahir vous-même.

Je veux savoir si vous pouvez être fidèle et ainsi digne de confiance.

Je veux savoir si vous êtes capable de saisir la beauté du quotidien, même quand tout n’est pas joli, et si vous pouvez nourrir votre vie de sa présence.

Je veux savoir si vous pouvez vivre malgré l’échec, le mien ou le vôtre, et tout de même vous tenir sur le rivage du lac et crier aux reflets argentés de la pleine lune : «Oui!»

Je ne veux pas savoir où vous vivez, ni combien d’argent vous avez.
Je veux savoir si vous pouvez vous lever, après la nuit de la souffrance et de désespoir, malgré votre fatigue et votre douleur profonde, et faire ce qu’il faut pour nourrir les enfants.

Je ne veux pas savoir qui vous connaissez, ni comment vous avez fait pour arriver ici.
Je veux savoir si vous resterez au centre du feu avec moi, sans reculer.

Je ne veux pas savoir ce que vous avez étudié, ni où, ni avec qui.
Je veux savoir ce qui vous nourrit de l’intérieur, quand tout le reste s’évanouit.

Je veux savoir si vous pouvez être seul avec vous-même et si vous aimez vraiment la personne qui vous tient compagnie dans vos moments de solitude. « 

L’invitation
Poème d’Oriah Mountain Dreamer

Ce texte qui invite à être vrai plutôt que conforme est exactement l’invitation que le cheval nous fait à chaque fois que nous sommes avec lui.

Loin des attentes matérialistes d’un monde devenu trop pensant, les chevaux n’ont rien a prouver. Ils n’attendent pas non plus que vous prouviez quelque chose. Au contraire, ils nous invitent à être là présent, à être vrai, à chercher du discernement à l’intérieur, à vivre et partager ce qui se passe vraiment en nous.

En soi, ce texte résume tout l’art que les chevaux ont par leurs présence de nous ramener à l’essentiel et c’est ce que je préfère dans mon métier d’équicoach.

Êtes-vous, quel est l’apprentissage le plus important que les chevaux vous ont aidé à réaliser ? Dites le nous en commentaires ⬇️ !

Christophe Dreyer

Pour recevoir d’autres textes inspirants, aimez nos pages et inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles :

Meilleurs Vœux 2023

Photo de Engin Akyurt

L’an 2023 se présente à nous, le rituel des voeux et des bonnes résolutions (et actions !).

Si dans nos rituels d’humain, l’an nouveau apporte son lots de célébrations, pour la nature, le cycle continue naturellement sans grand changement, le passage de 2 à 3 n’a pas entraîné plus d’émotion que cela. La lumière du soleil va se faire peu à peu plus présente dans l’hémisphère nord. C’est réjouissant comme la promesse du printemps après l’hiver.

Alors pour cette nouvelle année, je vous souhaite d’être en lien avec la nature, les saisons, le rythme naturel des choses. À l’écoute de vous-même, de votre souffle, de ralentir à votre rythme. Je vous souhaite de vivre pleinement et naturellement, avec beaucoup d’amour, de partage, de douceur. Je vous souhaite aussi quelques transformations, celle qui sont nécessaires autant que celles que vous espérez. Je vous souhaite aussi du lâcher prise, de la libération qui vont avec les cycle de la vie. En faite, tout simplement je vous souhaite de vivre intensément, pleinement et de jouir de cet honneur d’être vivant !

Aux chevaux, je souhaite de vivre aux côtés de gardien référant pouvant leurs apporter nourriture, sécurité et bien-être au quotidien.

Aux cavaliers, je souhaite que vous vous épanouissiez avec vos chevaux et que chaque jour à leurs côtés vous appreniez à écouter en dedans, à questionner votre relation, à sentir le liens, à vibrer cheval.

À chacun et chacune d’entre vous, je souhaite une très belle année 2023, une bonne santé, de vivre en paix, de la prospérité et des ressources pour vivre dignement, voyager, évoluer, partager, grandir, s’épanouir, s’unir et aimer en célébrant la vie !

Bonne année 2023,

Christophe

🥂 Le prochain événement pour se souhaiter la bonne année en direct :

Pour recevoir nos partages et être inspiré par la sagesse équine, aimez nos pages et inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles (une le lundi) :

Bonne année 2023 !

Les émotions

Photo de Andrea Piacquadio

Les émotions nous accompagnent chaque jour, certaines sont plus facile à vivre que d’autres, plus éphémères que d’autres. Elles suivent un processus naturel et sont visibles par des expressions corporelles. Elle constitue un langage complexe que notre corps utilise pour communiquer avec nous-mêmes et avec les autres personnes autour de nous. Environ 80% de notre communication est non verbale et les émotions en fond partie.

Mais alors si c’est un système de communication élaboré, quel est son utilité ? Comment cela fonctionne en moi ? Puis-je avoir une action régulatrice ? Puis-je changer ou contrôler mes émotions ? Émotions et sentiments est-ce la même choses ? La colère s’est bien ou c’est mal ? La jalousie c’est une émotion ou un sentiment ? Pas si simple de comprendre ce qu’est une émotion et à quoi elles servent.

Photo de Liza Summer

Les relations humaines sont parfois complexes, notamment lors des fetes de fin d’année, entre la frustration du petit qui n’a pas eu le cadeau qu’il souhaitait. La grand-mère déçu que les petits enfant restent pas plus longtemps. Le père que le bruit agace. C’est bientôt vous qui aller péter un plomb de devoir satisfaire tous le monde !

Ah ce moment, la « chaise du discernement » peut nous aider. S’assoir un instant pour mieux comprendre les enjeux de la situation et les actions équilibrantes que nous pouvons mettre en place.

En quoi les chevaux peuvent nous aidez pour mieux vivre et comprendre les émotions ?

Pour les chevaux les émotions sont des informations. En les regardant ainsi, nous pouvons deja avancer dans le discernement. De quel émotion s’agit-il ? Quel besoins se cachent derrière cette émotion ?

Colère ? Information : une limite vient d’être dépassée. Besoin de situation : Agir pour restaurer la limite et la faire respecter. Besoin plus profond : Intégrité,…

« Si cela continue ainsi, je vais peter les plombs ! » Quel est l’émotion derrière cette phrase ? Agacement, qui peut être une forme moindre, comme un signal faible en lien avec de la colère. Information ? Dans l’exemple ci-dessus, si tous le monde attend que vous répondiez aux besoins de chacun, le calme pour monsieur, remplacer le cadeau du petit, rester plus longtemps pour faire plaisir à la grand-mère, en faite l’espace de votre disponibilité et de votre adaptabilité est déjà bien sollicité. Vous avez besoin de redéfinir une limite et de la faire respecter pour pouvoir retrouver de la disponibilité, de l’écoute, … c’est le besoin immédiat. Le besoin plus profond est peut-être, un besoin de qualité relationnelle, un besoin de soutien, d’empathie.

Les émotions et les sentiments peuvent arrivées à plusieurs en même temps et parfois même être ambivalentes ou paradoxales. Ce qui rends les possibilités de réponses à cet exemples multiples et divers. Parfois une émotion en cache une autre, colère, tristesse, frustration, dépression, envie, jalousie, peurs, déception, …

Si vous aussi, vous avez envie de mieux vivre vos relations et vous souhaitez apprivoiser vos émotions (surtout les désagréables), alors je vous invite à nous rejoindre à la conférence à Giron le 13 janvier 2023. Ou si c’est un peu loin, à me contacter pour organiser une conférence plus proche de chez-vous ou à venir pratiquer avec les chevaux en stage ou en séance individuelle. Les chevaux par leurs présence peuvent nous aider à trouver de nouvelles possibilités pour agir et être plus sereins chaque jour.

Prochaine conférence à Giron le 13 janvier 2023 sur les émotions et les relations épanouissantes en liens avec la sagesse des chevaux 🐴.

Petit article suite à la dernière conférence organisée à Giron en novembre 2022.

La voix de l’Ain, article par Ursula Rhyner paru en novembre 2022.

Voir d’autres articles ? Visitez la page : Témoignages

Pour recevoir d’autres textes et inspirations, aimez nos pages et inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles :

La magie de Noël… ou pas !

Photo de Brett Sayles

En décembre, sapin 🎄 , lumières, décorations, chants, … il semble que à peu près tout dans l’environnement d’un pays comme le mien soit organiser pour que l’atmosphère soit douce et que la magie de Noël 🎅 emplisse les longues nuits de décembre.

Autour de moi, des personnes sont des fervents défenseurs de Noël et me parlent de la magie de Noël. Concept assez abstrait pour moi. Il me semble que c’est pour eux le savant mélange d’une ambiance, de lumières et décorations et d’un état d’esprit…

Pourtant ce temps des fêtes qui pour certain est un moment merveilleux peut être pour d’autre un mauvais moment à passer. Les expériences de la vie peuvent colorées les choses différemment. Ce qui peut être un moment de joie dans l’enfance peut se transformer en un temps de tristesse après une séparation ou un deuil. Après la lecture du livre de mon ami ostéopathe Roger Fiammetti, les angoissés de Noël, j’ai réalisé que chaque être humain peut passer par un moment de questionnement intérieur en ce temps des fêtes de Noël et de fin d’année. Je dirai même que la saison nous invite à l’intériorisation et aux questionnements !

Un sapin rempli de couleurs

Photo de cottonbro studio

Lorsque j’étais enfants, Noël rimait avec un petit voyage en Alsace chez mes grands-mères. Elles habitaient dans la même ville, super me direz-vous, proche l’une de l’autre c’est donc plus facile pour voir tout le monde… Mon coté positif regarde aussi les choses avec cette œil. Toutefois, je doit bien admettre que le sapin est rempli de biens des couleurs différentes. Des vives et intenses porteuses de joies et des plus grises. Dans mes souvenirs, ces moments sont aussi remplis d’enjeux et il y a aussi quelques autres aspects : Le premier enjeux, chez qui le réveillons du 24 et chez qui le 25 ? Oui, mais l’an dernier déjà vous étiez chez eux le 24… Je ne vous fais pas de dessin, le partage du temps, les attentes implicites et les paroles aux allures bienveillantes plus lourdes que le sapin et toutes ces boules ! Juste une pour le plaisir : « Mais c’est Noël, soit sage et fait plaisir à mamie, gentil petit garçon! » Je crois que dans la manipulation avec culpabilisation cette phrase est l’une de mes préférées ! (Je relativise un max, je l’ai longtemps si mal vécu). Actuellement je ne pense plus que ma grand-mère voulait absolument me contrôler ou me manipuler, je pense qu’elle essayait de donner et recevoir de l’amour comme elle l’avait appris. C’est à dire de manière conditionné – à nos propres croyances et à celle de nos ancêtres et de notre culture.

La trêve de Noël

Photo de Lisett Kruusimu

Comme si Noël était un mot magic qui retirait tout, qui lissait tout pour que tout paraisse beau, joyeux, qu’on soit tous contant et heureux t’en qu’à faire ! En faite je pense que c’est tout l’inverse. Noël est pour moi un temps où tout est exacerbé : mes perceptions, mes émotions, mes sentiments, mes désirs.

Avant de plomber complètement l’ambiance, je vais regarder en moi pour partager au mieux avec vous mon sentiment actuel à l’approche de Noël 🎄.

Mémoires d’enfance

Photo de Valeria Boltneva sur Pexels.com

Aujourd’hui, les mémoires des fêtes de Noël de mon enfance sont un mélanges, de lumières clignotantes et des décorations que j’aimais beaucoup installer. Le plaisir de construire les Lego que mes parents m’offraient. Les repas partager avec les petits gâteaux « bredelés » (en Alsacien) que je faisais les jours avant Noël avec ma mère. C’est aussi des disputes car la famille est un merveilleux microcosmes où tous les enjeux relationnels se retrouvent incluant jalousie, envie, frustration, déception, et bien d’autres.

Un grand vide

En 2017, le premier Noël après la mort de ma mère, j’ai fait au mieux pour ne pas fêter. Une fête de famille sans maman manque de l’essentiel. Même changer d’année fut une épreuve, je me souviens avoir pleuré en me disant : « C’est fini 2017, elle est partie » Ce fut un pas de plus dans le processus de deuil : l’acceptation de la perte. Mon ami Philippe Bianco m’avait accueilli en toute simplicité et avec un grand coeur.

Le modèle familial

Photo de Nicole Michalou

Depuis 2018, j’ai fêté Noël dans la famille d’une cousine à ma mère, Claudine. En moi, quelque chose cherchait à retrouver un modèle familial. Il est vrai que le modèle de la famille, avec les grands-parents, les enfants et petits-enfants s’y retrouve. Oh, les enjeux sont similaire que dans une autre famille, mais en temps que petit cousins, avec la distance émotionnelle, je profite plus des bons aspects. C’est aussi l’occasion de prendre un peu de temps pour revoir des membres de la famille comme mon petit-cousin Maxime, sa compagne Sarah et de partager avec des personnes de mon âge.

La météo de Noël

En faite, j’ai constaté que le mois de décembre déclenche certains questionnements et un temps de bilan sur là où j’en suis dans ma vie.

Cette année, je me suis rendu un peu plus disponible aux enjeux intérieur de ces fêtes de fin d’année. Rien que de me poser les questions suivantes m’a déjà bousculé un peu : Comment tu te sens à l’approche de Noël ? De quoi as-tu envie ?

Et bien voilà une partie de mon bilan météo intérieur :

  • Giboulée 🌧🌞💨 : Un zeste de tristesse est présent en moi, l’arrivée de Noël me fait penser à ceux qui sont mort et absent. En même temps, je me réjouis d’autant plus de pouvoir partager avec ceux qui m’entourent. Je sens l’envie de décorer un peu la maison, de cuisiner, de partager.
Photo de Laura James
  • Quelques flocons ❄️ : Oh, La magie d’un Noël blanc ! Les pépites blanches cette année ce sera le glaçage des petits gâteaux de Noël ! Ces étoiles à la cannelle, et les autres biscuits croustillants que j’ai eu l’envie de refaire à nouveau. En plus, j’ai de l’aide : Roxane ! Tous les ingrédients y sont pour un super moment de partage avec une pro de la pâtisserie. Des rires, des partages, des découvertes et des réalisations pleines de créativités !
Photo de Karolina Ostrzolek
  • Nuageux ☁️ : La fête de Noël est aussi la fête des enfants et de la famille. Pour un homme célibataire et sans enfant, je sens en moi une non conformité au système de la vie de couple avec des enfants. Mais en dehors de correspondre au attentes d’une société (représentée tour à tour par les membre de la famille, les collègues ou les amies ) qui représente en faite mes obligations internes pour correspondre au système, la question serait plutôt de l’ordre de qu’est-ce que j’ai vraiment envie de vivre sur le plan de la famille ? Je sens qu’il est important pour moi de clarifier mes attentes. Cela n’est pas aussi simple que ce que je pensais. Un mélange de tristesse et de déception et d’envie se bouscule en moi pour le moment.
  • Le ciel se dégage ☀️ : Coté professionnel, la reprise des stages de développement personnel avec les chevaux et l’accompagnement en séance individuelle avec mon mix perso d’equicoaching et de horsemanship m’apportent beaucoup de plaisir et d’échanges nourrissants. Mes activités se développent bien et ma présence en Rhone-Alpes y contribue grandement. Pour 2023, je souhaite continuer à développer ses activités d’accompagnement en plus des séances d’ostéopathie pour les animaux et réaliser mon installation dans les montagnes Alpines 🏔.
  • Besoin de partager et de célébrer 🎉 🎊: Pour ce nouvel an, j’ai envie d’être entouré, de rire, de chanter, de danser et même un petit rituel de passage et d’activation pour 2023. 2022 fut à l’image du premier janvier, solitaire et y voir clair, retrouver force intérieur et intégrité. Alors je tiens à bien commencer 2023 ! 🍾
Photo de fauxels

Les chevaux m’ont beaucoup appris sur l’importance de se préoccuper de la météo intérieur. Écouter le corps, considérer les émotions, revenir à soi. C’est l’un des meilleurs moyen pour vivre depuis soi et éviter les pièges de cette période de l’année : la comparaison, les attentes des autres, toutes ces formes proposées pour correspondre au modèles pré-établies qui nous rendra digne d’amour, qui fera que nous pourrons être aimer. La recherche d’une approbation, d’une reconnaissance, en fait d’amour mais sous une forme un temps soit peu trop conditionnel. En revenant à ce qui se passe à l’intérieur, je peux avoir plus de discernement et exprimer et nourrir mes besoins, célébrer mes réussîtes, retrouver confiance en moi et en la vie.

Photo de Julia Larson

La magie de Noël ne va pas dissiper tout les problèmes, les difficultés, les enjeux d’un coup de baguette magique 🪄. La magie de Noël peut se produire lorsque je me reconnecte à l’intérieur. C’est peut-être le plus beau cadeau de soi à soi. En faite c’est la magie de la vie qui se réalise alors. Et un Noël avec de la tristesse est aussi important que celui rempli de joie. Et parfois c’est les deux en même temps et c’est aussi ok. Le paradoxe des émotions et sentiments montre à quel point la vie est aussi complexe et riche à la fois. L’amour rend triste lorsque un lien se perd et joyeux lorsque d’autres connections se réalisent. Noël nous connecte à l’ensemble des facettes et nous rappel que dans l’éphémère, il existe une part d’éternité. Quelque part nous sommes en lien par l’amour, présent ou pas, d’accord ou pas, en liens ou non.

Alors que la magie de Noël soit pour nous accompagner dans ce chemin en soi de sentir la vie et l’amour aussi bien dans les moments de partages et de joie que dans les temps plus troubles.

Merci d’avoir lu jusqu’au bout. Ce partage sur la magie de Noël me tenait à cœur. Merci de suivre mon blog. Je vous souhaite un joyeux Noël 🎄 et une belle fin d’année.

Christophe

Si vous souhaitez vivre l’aventure du chemin intérieur avec les chevaux, voici un lien vers notre agenda des stages en 2023.

Nos bon cadeau pour Noël sont disponible dès maintenant et pour toutes nos activités !

Pour recevoir d’autres textes et inspirations, aimez nos pages et inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles :

Photo de George Dolgikh

Rendez-vous en Terre Cheval

Invitation à rencontrer les chevaux :

Dans la vie, le mystère se montre parfois par la loi des coïncidences. C’est par hasard que nous arrivons à un rendez-vous qui semble avoir été pris par une part de nous-même il y a longtemps.

Une rencontre particulière, un échange, même un sourire peut parfois changer le cours de notre vie.

Ma rencontre avec les chevaux fut de cet ordre !

Photo de Pixabay

Les chevaux m’ont toujours ramenés à ce qui se passe en moi. Le cheval est un révélateur précis de ce qui se passe en nous. En leurs présence, j’ai trouvé le chemin pour me reconnaître et accueillir les émotions et les sensations de mon corps.

Mon ami Olivier Simonnet qui anime des ateliers pour construire son tambour m’a raconté dernièrement son expérience avec un homme en Afrique : « Ce vieux aussi sous le baobab m’a dit un jour : « Pour entendre vraiment ce qui se passe à l’intérieur, nous devons ralentir. Ralentir suffisamment pour devenir disponible. »« 

Les chevaux vivent dans un temps de type kairos. Un espace temps de l’instant présent, là où toute la vie se passe. Ils nous invitent à les rejoindre et à vivre l’instant. Ainsi nos perceptions peuvent se développer.

Voici quelques retours de personnes ayant participé à un stage avec les chevaux :

« Lorsque j’ai commencé à écouter se qui se passe en moi, je me suis rendu compte que j’avais mis en place beaucoup de stratégie, de compensation, d’agitations extérieures pour être le moins possible affecté par ce que je ressens. »

« Écouter se qui se passe en moi m’a permis de mieux écouter l’autre. Je suis devenu plus disponible et plus juste. J’ai appris à écouter plutôt que de vouloir trouver des solutions. »

« Lorsque je suis avec les chevaux, je ne pense à rien d’autre. Je suis vraiment présente. »

« Dans ce stage, le fait de vivre 4 jours au rythme des chevaux, ça change tout. C’est ce dont j’avais besoin pour écouter enfin ma petite voix intérieur. »

Trouver les mots pour dire se que je porte en et sur mon cœur. Exprimer mes sentiments, se positionner et énoncer ce qui est important pour moi, cela s’apprend.

Dans ce stage, les chevaux vous donnent rendez-vous. Un rendez-vous en Terre Cheval. Notre terre intérieur, celle des sens, des émotions et des sensations.

Pour en savoir plus et vous inscrire, visiter la page du stage : Rendez-vous en Terre Cheval 🐴

Photo de eberhard grossgasteiger

Pour l’agenda des autres stages en 2023, visitez notre page : Stages 2023

Pour découvrir les stages de Olivier Simonnet, visitez son site web : Fabriquer son tambour

Pour nous suivre sur les réseaux, aimez nos pages :

Pour découvrir d’autres événements, inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles :

Des relations épanouissantes

Rencontre avec Thomas d’Ansembourg

Lundi 21 novembre dernier, j’ai eu la chance d’assister à une conférence de Thomas d’Ansembourg à Metz. Cet homme sait mettre des mots et expliciter ce qui se passe en chacun de nous avec une précision et une bienveillance impressionnante !

Avec mon ami Philippe Bianco de Lourdes, nous échangeons souvent autour de la CNV et de la CNV-H (Communication non violente – holistique ). Nous sommes tous les deux engager depuis plusieurs années dans un chemin de connaissance de soi avec un besoin de trouver du sens à ce que nous vivons. Dans cette direction, la clarification, dans les deux sens, à la fois y voir clair et être explicite sont des points qui nous tiennent à cœur. Les livres, conférence et probablement – je n’y ai pas encore participé – les atelier de Thomas d’Ansembourg apporte de l’eau à notre moulin. Sa manière d’explorer notre intérieur me parle en profondeur !

Dans son livre « Cessez d’être Gentil, Soyez Vrai », Thomas d’Ansembourg parle de la relation aux autres oui mais surtout à soi. Être en relation avec Soi-même pour mieux interagir, s’exprimer, se comprendre et par là même, comprendre les autres ! Revenir à soi pour pouvoir aller vers l’autre de manière plus juste, plus vrai.

En plus du partage de son propre cheminement, le récit – ici sous la forme d’un texte illustré – nous ouvre les portes des fondamentaux de la CNV (communication non violente). Le tout avec beaucoup d’humour et de compréhension face à notre appréhension mentale et culturelle de notre existence.

Reconnaître nos besoins est aussi un sujet de prédilection en equi-coaching. Les chevaux m’ont appris à être plus explicite. Cela commence par avoir une idée claire de l’action souhaitée. Ensuite définir une stratégie pour la mettre en place et s’impliquer avec l’énergie nécessaire et l’écoute et l’adaptation selon comment le cheval réagit à ma proposition. Par exemple : si je souhaite demander à ma jument de changer de côté. Elle marche à ma droite, je souhaite qu’elle passe à ma gauche (c’est mon idée claire). Je ferme la porte à droite en tendant mon bras (ma stratégie). La jument passe derrière moi mais ne se positionne pas à ma gauche. Je dois m’adapter et remettre en avant la jument pour cela je l’aide en tournant vers la gauche et en la sollicitant en arrière de son épaule droite (2 adaptations, une position différente et une sollicitation).

La relation aux chevaux est comme une métaphore de nos relations humaines. Améliorer sa communication aide à notre positionnement et renforce la confiance en soi. Au plus je suis précis, objectif et explicite, au plus je deviens compréhensible. Les livres de Thomas, nous aident en ce sens et les lexiques de vocabulaire en fin de livres sont une aide précieuse.

Je vous recommande aussi du même auteur :

Pour plus d’information sur Thomas d’Amsembourg, visiter son site web !

Ci-dessous, retrouvez la un extrait d’une de ces conférence

Pour nous suivre sur les réseaux, aimez nos pages :

Pour découvrir d’autres livres, inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles :

🎅 Cadeau de Noël 🎄

Chaque année, j’échange avec mon cousin Maxime sur le fait de faire des cadeaux de Noël 🎁 qui ont du sens. La question se pose de faire un seul cadeau avec plus de présence et en lien avec la personne, plutôt que plusieurs moins précis. Parfois même se regrouper pour offrir ce dont la personne à besoin ou ce qu’elle désir. Il se peut que ce soit un objet : Un appareil photo pour faire de belle image dans la nature. Ou bien, il est possible que la personne désir faire quelque chose qui est du sens pour elle : Une sortie, un concert, un massage ou même un stage avec les chevaux ! Cette année, je vous propose une solution dans ce sens.

Pour le concert ou la sortie photo, je veux bien vous accompagner ! Mais je ne peux faire mieux ! Toutefois pour ce qui est de rencontrer les chevaux et de découvrir leurs grande sagesse, je peux certainement vous proposer un moment exceptionnel et hors du temps en lien avec les chevaux.

La magie de Noël s’est parfois aussi réaliser un rêve ou un voeux précieux pour soi-même !

Photo de Mateusz Feliksik

Si vous souhaitez offrir un cadeau qui fait sens pour vous ou pour une personne qui vous est chère, je vous propose un bon cadeau pour une séance individuelle, un stage de 2 jours ou plus, selon votre choix !

Pour commander le votre, faite votre demande en remplissant le formulaire suivant :

Le bon cadeau vous sera envoyé par e-mail sous 48H, une fois le règlement perçu.

Je vous souhaite de très belle fête de fin d’année,

Christophe Dreyer

Pour nous suivre sur les réseaux, aimez nos pages :

Pour recevoir de nos nouvelles, inscrivez-vous à notre lettre de nouvelles :