Les deux loups

Luis Ansa, nous avait partagé cette histoire lors dun atelier :

Lors d’un voyage en territoire amérindien, j’ai rencontré une autre version de ce conte.
Là voici traduite et adapté de l’anglais  » Cherokee Story  » par mes soins :

Il était une fois sur la partie nord du grand continent américain, dans une vallée de l’ouest. Là où la pierre est rouge ocre, le soleil puissant, les arbres transformés en buisson épineux appelés cactus.

Dans cette immensité coule une rivière le Colorado, et cette rivière traverse un canyon, le Grand Canyon. Là au pied de la falaise, se protégeant des rayon du soleil par l’ombre que procure la paroi, un enfant joue au pied de son grand père.

Et en ce jour de fin d’été, le grand-père assis sur une pierre plate, un vieux Cherokee enseigne son petit-fils à propos de la vie. Et voici ce qu’il lui partage :

Photo de Steve

« Un combat se passe à l’intérieur de moi », dit-il calmement au garçon.
« C’est un combat terrible, un combat entre deux loups. » précisa t’il en insistant.

Photo de patrice schoefolt

Le grand-père précisa : « L’un est noir, il est remplit de colère, d’envie, de tristesse, de regret, de cupidité, d’arrogance, d’apitoiement sur soi, de culpabilité, de ressentiment, d’infériorité, de mensonges, de faux orgueil, de supériorité, de douleur.»

Photo de Steve

Il poursuit : « L’autre est blanc, il porte la joie, la paix, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la bonté, la bienveillance, l’empathie, la générosité, la compassion, et même l’amour. »

Après un instant, le temps d’un bruissement de vent entre les pierres.
« Le même combat se passe à l’intérieur de toi – et aussi à l’intérieur de toute autre personne. »

Le petit-fils se gâtant la tête du doigt. il réfléchit pendant un moment puis il demanda à son grand-père : « Lequel des deux loups va gagner ? »

Le vieux Cherokee répond simplement : « Si tu les nourrie bien, ils sont tous les deux victorieux. »

Le jeune homme demanda au grand-père : « Comment cela est-il possible » :

Photo de Shelby Waltz

« Tu vois, si je choisis de nourrir que le loup blanc, le noir sera caché et attendra la première occasion ou je serai distrais ou faible et la saisira pour obtenir l’attention dont il a besoin.
Il sera toujours en colère et continuera la lutte contre le loup blanc.
Mais si je le reconnais, il est heureux et le loup blanc est heureux et nous sommes tous gagnants.

Photo de patrice schoefolt

Le loup noir a beaucoup de qualités – la ténacité, le courage, l’intrépidité, une forte volonté et une grande réflexion stratégique – que j’ai besoin à des moments et dont le loup blanc manque.

Photo de Luna Lovegood

Le loup blanc a de la compassion, de la bienveillance, de la stabilité et la capacité de reconnaître ce qui est dans le meilleur intérêt de tous. »

En regardant tendrement son petit-fils, le grand-père ajouta :

« Tu vois fils, le loup blanc a besoin du loup noir à ses côtés. »

« Nourrir un seul loup aurait affamer l’autre et ils deviendrai incontrôlable.
En nourrissant et prenant soin des deux, ils seront bien, ils te servirons et ne ferons rien qui ne soit pas une partie de quelque chose de grand, quelque chose de bien, quelque chose de la vie. »

« Nourrie-les tous les deux et il n’y aura plus de lutte interne pour obtenir ton attention.
Et quand il n’ya pas de bataille à l’intérieur, tu peux écouter les voix plus profondes en sachant qu’elle te guideront dans le choix qui est juste dans toutes les circonstances. »

« La paix, mon fils, est la mission Cherokee dans la vie.
Un homme ou une femme qui a la paix à l’intérieur a tout.
Un homme ou une femme qui est tiraillé par la guerre à l’intérieur de lui n’a rien.
Comment tu choisis d’interagir avec les forces d’opposition en toi déterminera ta vie.
Affamer un ou l’autre ou les orienter ensemble »

Photo de patrice schoefolt

Les deux contes se complètent et livrent des messages différents. Chacun porte une vérité, une sagesse, qui sera différente selon la situation. C’est le propre des contes de sagesse. Qui selon la transmission que j’ai reçu de Henri Gougaud : les contes de sagesse ne devraient pas se raconter en publique, car se sont des alliés pour l’accompagnement d’une personne dans un temps donné, c’est une nourriture précieuse si elle est donnée au bon moment.

Vous pouvez retrouver la version courte dans le livre « Les contes de l’Aigle » de Luis Ansa. La voie du Sentir

Photo de Pixabay
%d blogueurs aiment cette page :