La vulnérabilité, une alliée ?

Se sentir vulnérable, cela n’est pas toujours plaisant. La vulnérabilité est souvent associée à la faiblesse. Je suis vulnérable car je n’ai pas toutes les compétences ou je suis débutant, ou la situation est nouvelle. Et si je n’y arrive pas, alors oui, je vais commencer à croire que être vulnérable est synonyme de fragilité, de faiblesse, voire d’échec. Nous nous situons là dans le cas où en fait je n’ai pas réussi à « tirer profit » de ma vulnérabilité. Au début, faire une chose nouvelle peut être stimulant, motivant, excitant. Et ce sont les premières manifestations de la vulnérabilité, lorsque je sors de la zone de confort, la zone où je connais et maitrise. Toutefois j’en sors progressivement, en écoutant les signes de mon corps qui me donnent des informations sur l’évolution de ma disponibilité et de mon intégration des nouveaux éléments. Être bien encadré, soutenu, c’est aussi important pour avancer pas à pas à notre propre rythme et en consolidant les acquis pour que l’inconfort reste modéré et contrôlable. Le rythme et la perception de la vulnérabilité est différent pour chacun selon les expériences passées et leurs compréhensions.

Par exemple, monter pour la première fois un jeune cheval peut me sortir de ma zone de confort. Parler en public, passer un examen, être observé par d’autres personnes, … les situations ouvrant la porte de la vulnérabilité sont nombreuses. Parfois même, elles s’additionnent.

Imaginez monter un cheval inconnu pour un examen, le bond hors de la zone de confort peut vite être très inconfortable !

L’angoisse est aussi en lien avec la vulnérabilité, c’est la vulnérabilité lors de l’attente d’un événement, par exemple le sujet d’un examen. J’appréhende de savoir si je vais connaître les réponses, si le jury sera satisfait.

En résumé la vulnérabilité me dit que je suis proche de faire un apprentissage, à moi d’avancer progressivement pour pouvoir intégrer les nouveaux éléments. Si en situation de vulnérabilité, les émotions de colère et/ou de peurs se présente, c’est que probablement je sors trop vite ou trop loin de la zone de confort, il est temps de faire une pause, de revenir en zone plus confortable pour quelques temps.

Voici une vidéo sur le sujet de la vulnérabilité que j’ai enregistré en 2017 à Montezouma en Arizona avec Maxime Marion, merci à lui pour la prise de vue et le montage :


Photo de Sarah Howell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :